"Allo, Madame Dahan, je suis un jeune, je viens d'arriver dans le quartier et je ne connais personne, dans mon immeuble on n'organise pas la fête des voisins, est-ce que je peux venir à la vôtre ? [...]". Je lui demande où il habite dans la rue, il me répond au 22, j'essaye de le décourager mais rien n'y fait. Alors je finis par lui dire que nous organisons notre fête vendredi 29 et qu'il peut venir s'il apporte quelque chose. On sera tous dans le hall à 20h et il n'a qu'à sonner à l'entrée de l'immeuble.

J'ai trouvé cet appel un peu bizarre, j'ai bien pensé à un canular et cela m'a plutôt amusé. Le lendemain, un de mes voisins m'appelle très inquiet, il a reçu le même coup de téléphone que moi. Il panique : "c'est peut-être un déséquilibré ou le chef d"une bande de délinquants qui va venir faire des repérages pour nous cambrioler, ou pire, des jeunes qui vont venir à plusieurs pour nous agresser ...". J'essaie de le rassurer mais le mal est fait, il ira même le lendemain au commissariat pour leur demander s'ils intervenaient dans les immeubles en cas de problème, la réponse est NON.

Face à l'inquiétude grandissante de ce voisin, je décide d'annuler la fête vendredi matin. Dans la journée je discute avec la gardienne d'un immeuble de la rue Boileau et elle me raconte qu'il s'est passé la même chose dans son immeuble, ils sont plusieurs voisins a avoir reçu le même appel. Bizarre non !

C'est seulement samedi matin, que j'ai eu enfin l'explication à toute cette affaire. Des amis de collège de mes enfants m'ont appris que j'étais passé mardi soir à une emission de radio sur NRJ. L'animateur avait appelé tous les immeubles de la rue Boileau (eh oui NRJ est au 22 de la rue Boileau) à l'occasion de la fête des voisins et c'était juste pour rire !

Cette blague a peut-être faire rire les auditeurs mais nous on a dû annuler notre fête, alors je me demande si on ne va pas faire un procès à NRJ (alors à votre avis c'est une blague ?) ...